Une raison non négligeable pour organiser une vacance à Palau, à tout moment de l’année, est indubitablement sa tradition œnogastronomique qui, grâce à la qualité des matières premières, aux recettes typiques et à l’habilité des chefs sardes reconnue même au niveau mondial, atteint des niveaux d’excellence

La qualité des produits qui offrent à toute saison leurs goûts délicats et intenses est due à une concomitance de facteurs tels que la capacité des agriculteurs et des bergers d’attendre patiemment le bon moment pour cueillir les fruits de ce qu’ils ont semé ou élevé, mais également au climat et à l’influence de la mer qui font mûrir les fruits en leur donnant un goût unique.

Malgré les influences extérieures de la cuisine de la côte, à Palau résiste avec ténacité la cuisine de la Gallura, à tel point qu’un certain nombre de plats typique appartiennent de plein droit aux menus internationaux de cette zone. La reine des premiers plats est indubitablement la « suppa cuata », mais il est également incontournable que de goûter « li pulilgioni dulci », une version sucrée des raviolis classiques où même la sauce qui les assaisonne est particulièrement sucrée, les « Li chjusoni », des petits gnocchis faits à la main ainsi que les « li fiuritti », une sorte de tagliatelle également faites à la main. A côté des premiers plats traditionnels, il existe de nombreuses recettes à base de poisson, de crustacés, de mollusques et de boutargue (œufs de mulet ou de thon, fumés, salés et séchés).

Parmi les plats de résistance, la tradition des plats à base de viande relève le défi lancé par de très nombreux plats novateurs à base de poisson, toujours très frais et péché dans les mers qui baignent la côte. Parmi les plats de la tradition, on peut recommander le typique « porceddu » (cochon de lait rôti), la « carri e coggiju » (typique du déjeuner de la Toussaint, elle se compose de viande de porc et de chou frisé), « la faa e laldu » ( fèves, saucisse et lard cuisinés avec du fenouil sauvage) et enfin « la rivea » (abats d’agneau ou de chevreau coupés en morceaux et cuisinés à la broche à petit feu).

Parmi les plats à base de poisson, nous signalons les extraordinaires grillades et les soupes à base de poisson très frais, les petits calamars, les langoustes, les crustacés et les mollusques qui enrichissent les menus des excellents restaurants de la régions.

La riche variété de fromages et de “ricotte” permet également de satisfaire des goûts différents, des amateurs de saveurs délicates à ceux qui préfèrent les fromages affinés ou même fumés. Deux types de Pecorino Sardo (doux et affiné), le Fiore Sardo et le Pecorino Romano ont même obtenu le label D.O.P. (Dénomination d’origine protégée). C’est chose connue que la nature des terrains et les facteurs climatiques jouent un rôle fondamental dans le rendement de la viticulture et c’est justement grâce à cette union que Palau et toute la Gallura sont appréciées au niveau international également pour la production de vins d’excellente qualité. Le Vermentino de Gallura se targue d’être l’un des quatre vins blancs italiens – et le seul d’origine sarde – à avoir obtenu le label DOCG.. Bien trois associations de producteurs historiques (Piero Mancini, Capichera et Vigne Surrau), avec un certain nombre de PME, ont fait du Vermentino un produit connu et exporté au niveau international. Tout aussi appréciée est la production de Moscato de Gallura, l’un des vins de dessert les plus délicats et les plus aimés dans le panorama de la production de l’île, ainsi que celle du Nebbiolo, vin rouge particulièrement parfumé et velouté, un nouveau produit de l’œnologie locale.

Aux nombreux vins d’excellente qualité, viennent s’ajouter les alcools. Le plus célèbre est indubitablement le Mirto, obtenu grâce à l’infusion des baies de myrte dans un mélange d’alcool et d’eau ; il ne faut toutefois pas oublier ni le Limoncello, obtenu grâce à l’infusion de zestes de citron sarde dans l’eau et l’alcool, ni, enfin, l’eau-de-vie, un distillat transparent produit dans l’ensemble du territoire régional et appelé également « Filu ‘e ferru » ou « Abba ardente ».

Mais l’un des fleurons de la tradition gastronomique de la Gallura est représenté par les gâteaux qui avec leurs riches saveurs, sont l’heureux dénouement de tout bon repas. Quelques uns sont typiques de certaines périodes de l’année comme « li frisgioli » (des beignets allongés) et les « acciuleddi » (des torsades de pâte sucrée plongées dans le miel), incontournables à la période du Carnaval, ou les « papassini », des biscuits glacés en forme de losange avec du raisin sec et les « ossi di moltu », des gâteaux typiques de la fête des morts. Du monde pastoral nous est parvenue la recette des « casgiatine » ou “formaggelle”, typiques de la période de Pâques, faites d’une pâte croquante renfermant un coeur à base de fromage ou de“ricotta” et les « seadas », une mince abaisse avec un centre de fromage frais, frite et recouverte de miel qui est également l’un des ingrédients principaux des « cuccjuleddi e meli », des gâteaux formés par une abaisse de pâte à base de farine et de saindoux, fourrés de miel.

Start typing and press Enter to search