Le nom « Palau » nous renvoie au XIVe siècle et vient du catalan « parar » qui signifie s’abriter et est à l’origine du terme « parago » ou « parao » par lequel les pécheurs indiquaient les endroits de la côte considérés comme les plus sûrs et les mieux protégés contre le vent. Il est indubitable que le toponyme Palau est dû justement à la position que la petite ville occupe.

Connue depuis l’époque de Ptolémée, d’après la légende, ce sont ces côtes qu’évoquait Homère quand, au fil de ses récits du voyage d’Ulysse, il décrivait l’un de ces lieux d’accostage où son héro trouvait un abri contre les fortes bourrasques et où, semble-t-il, il aurait rencontré les Lestrygons, peuple de cannibales. Cette légende jette le discrédit sur les Sardes mais, fort heureusement, à l’époque d’Ulysse, la civilisation nuragique était déjà très évoluée et, au cours de cette période, elle était parvenue à un niveau notable dans le domaine social. Le Nuraghe Barrabisa, le Tombeau des Géants de Li Mizzani et la zone sacrée de Monti S’Ajacciu témoignent encore aujourd’hui de la grandeur de la civilisation de l’époque.

Après la disparition de la civilisation nuragique et le déplacement des populations côtières vers l’intérieur de l’île pour fuir tant les invasions des peuples barbares provenant de la mer que le paludisme qui sévissait dans les lagunes côtières, les territoires qui entouraient Palau furent dépeuplés jusqu’au XVIIIe siècle, quand les bergers qui descendaient le cour du fleuve Liscia pour la transhumance hivernale commencèrent à se déplacer avec leurs familles. Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, l’histoire de Palau fut marquée par des évènements militaires: l’expulsion de Napoléon de l’île de Santo Stefano en 1793, la permanence de la flotte de l’Amiral Nelson entre 1803 et 1805 dans la Rada di Mezzo Schifo et, à partir de 1887, le renforcement du système défensif des batteries de Monte Altura et de Capo d’Orso.

Pour arriver toutefois à l’année de fondation du noyau urbain de Palau, nous devons attendre 1875, quand Giovan Domenico Fresi, connu sous le nom de Zecchino, fit bâtir la première maison dans ce qui est aujourd’hui l’agglomération de Palau. Cette demeure, qui a été plusieurs fois agrandie et restructurée, est devenue le symbole du village: aujourd’hui Palazzo Fresi est le siège de l’Office du Tourisme et de la Bibliothèque Communale. Zecchino construisit sa demeure le long de la côte pour pouvoir contrôler ses terrains et donner un toit décent à sa famille; il ne pouvait certes pas imaginer que ces terrains qui, à l’époque, suffisaient de justesse pour le pâturage, seraient devenus un jour parmi les plus coûteux de l’île.

Le village proprement dit naquit au début du XX siècle quand, à la suite de la construction du pont sur le fleuve Liscia en 1880, Palau commence à sortir de son isolement. La construction en 1908 de la liaison routière Sassari-Tempio-Palau, qui aujourd’hui peut être parcourue grâce au trenino verde, et de la ligne ferroviaire en 1932, déclenchèrent le développement du petit bourg, qui de hameau rattaché à Tempio Pausania, devint une commune autonome en 1959.

Start typing and press Enter to search